History of the Neighborhood - EN/FR

Exclusive Article & Detailed Analysis - Written by Elissar Zabaneh

Historical And Legal Context For The Sheikh Jarrah Debate

Sheikh Jarrah is a small neighbourhood in East Jerusalem that has been facing property rights battles for a while. In order to fully understand the politics and legality of what is happening, it is necessary to learn the history of the neighbourhood. The issue is far more complicated than catchy mainstream headlines and infographics.


Today, Sheikh Jarrah predominantly Palestinian neighbourhood in East Jerusalem, 2 kilometres away from the Old City (Jerusalem). The neighbourhood is ancient, with the first records showing up in the 12th century. For thousands of years, there has been a dominant Jewish presence in Sheikh Jarrah, living next to the tomb of Shimon Hatzadik (Simon the Just), a Jewish High Priest during the time of the Second Temple, who died in the 3rd century BC. The neighbourhood is still referred to as Shimon Hatzadik by many Jews. The tomb and surrounding compound were purchased by the Sephardic Community Committee and the Ashkenazi Assembly of Israel in 1875.

In 1905, an Ottoman census that included Sheikh Jarrah and its surrounding areas found 97 Jewish families living in the area alongside 167 Muslim and six Christian families. Following Israel’s War of Independence in 1948, the Jewish population was expelled from Sheikh Jarrah since the area fell on the Jordanian side of the new border.

In 1956, Jordan relocated 28 Palestinian families who were displaced during Israel’s War of Independence to Sheikh Jarrah. The move was approved by the United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees (UNRWA), and the organisation stipulated that the families would be given ownership of their homes after three years which would then end their refugee status. However, the Jordanian government never did formally transfer over the property rights to the Palestinians.

By the 1950s, Sheikh Jarrah had changed hands several times from Ottoman rule to British Rule, to Jordanian rule, to Jordanian rule with assistance by UNRWA, which was in part stipulating property rights in the area. By this time, the Jewish population, which had been documented living there for thousands of years, had completely moved out or was expelled, and a Palestinian population had moved in or was relocated to the neighbourhood.

In 1967, East Jerusalem (including Sheikh Jarrah) came under Israeli control following the end of the Six-Day War. Since then, the international community considers the area occupied by Israel, which claims authority over the region.

In 1967 and 1981, Israel offered Palestinian residents of East Jerusalem the right to apply for citizenship. However, the vast majority of the people declined. Like all East Jerusalem residents, Sheikh Jarrah residents pay Israeli taxes and receive social security benefits and state healthcare, among other things. In 1980, Israel annexed East Jerusalem placing the area under the law, jurisdiction and administration of the state.

Sheikh Jarrah: The Legal Debate

An Israeli law from 1970 is at the centre of the legal debate over the eviction of almost 60 Palestinians. The law gives Jewish Israelis the right to reclaim properties in East Jerusalem that were once owned by Jews before 1948, as long as they could show proof of ownership or expulsion by the British or Jordanians. Palestinians who lost land do not have the same legal right to sue for property lost after the war.

In 1972, the Sephardic Community Committee first sued for ownership over a property in the neighbourhood and the court ruled in their favour in 1976. Later, in 1982 residents signed a legal agreement that allowed Palestinians to remain in a property in Sheikh Jarrah as long as their status changed from owner to tenant and that they would pay rent. Since then, the Palestinian signers claim they were coerced into signing and no longer recognise the agreement.

Sheikh Jarrah rose into the international spotlight in the 2000s when Israeli courts ordered the evictions of three Palestinian families following a series of lawsuits. There have been no court-ordered evictions since 2009, but new cases have been making their way through the legal system like the current case that has made global headlines.

A History of Political Tension

The UNRWA says the majority of the Palestinians under threat of eviction were relocated to Sheikh Jarrah under a sponsored housing scheme in 1956. A spokesman for the U.N. high commissioner issued the following statement:

“In practice, the implementation of these laws facilitates the transfer by Israel of its population into occupied east Jerusalem. The transfer of parts of an occupying power’s civilian population into the territory that it occupies is prohibited under international humanitarian law and may amount to a war crime.”

In a televised statement, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu responded to the criticism:

“Jerusalem is Israel’s capital, and just as every nation builds in its capital and builds up its capital, we also have the right to build in Jerusalem and to build up Jerusalem. That is what we have done and that is what we will continue to do.”

Earlier this month, Jerusalem City Council member Yonatan Yosef, a resident of Sheikh Jarrah, told The Times of Israel:

“For me, history begins thousands of years ago, when Shimon Hatzadik was buried there. Shimon Hatzadik was a Jewish neighbourhood, is a Jewish neighbourhood and will stay Jewish.”

The European Union and the United States have also expressed concerns over the case and the rising tensions in the region.


Histoire du quartier de Sheikh Jarrah


En Français - Écrit par Elissar Zabaneh

Sheikh Jarrah est un petit quartier de Jérusalem-Est, qui fait face à des batailles pour les droits de propriété depuis quelques années. Afin de bien comprendre la politique et la légalité des évènements, il est nécessaire d’apprendre l’histoire du quartier. Le problème est plus ne compliqué que les gros titres et les infographies.

Aujourd’hui, Sheikh Jarrah est un quartier majoritairement palestinien. Il est ancien, avec les premiers enregistrements apparaissant au 12ème siècle. Pendant des milliers d'années, il y a eu une présence juive dominante à Sheikh Jarrah, vivant près de la tombe de Shimon Hatzadik (Simon le Juste), un grand-prêtre juif à l'époque du second Temple, décédé au 3ème siècle avant JC. Il est bien de noter que le quartier est encore appelé Shimon Hatzadik par de nombreux Juifs aujourd'hui. La tombe et ses environs ont été achetés par le Comité de la communauté séfarade et l'Assemblée ashkénaze d'Israël en 1875.

En 1905, un recensement ottoman qui comprenait Sheikh Jarrah et ses environs a trouvé 97 familles juives vivant dans la région aux côtés de 167 familles musulmanes et six familles chrétiennes. À la suite de la guerre d’indépendance d’Israël en 1948, la population juive a été expulsée de Sheikh Jarrah car cette zone est tombée du côté Jordanien de la nouvelle frontière.

En 1956, la Jordanie a transféré 28 familles palestiniennes déplacées pendant la guerre d’indépendance d’Israël, à Sheikh Jarrah. Cette décision a été approuvée par l'Office de secours et de travail des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA en anglais), et l'organisation a stipulé que les familles se verraient confier la propriété de leurs houes au bout de trois ans, ce qui mettrait alors fin à leur statut de réfugié. Cependant, le gouvernement jordanien n'a jamais officiellement transféré les droits de propriété aux Palestiniens.

Dans les années 1950, Sheikh Jarrah avait changé de mains à plusieurs reprises, passant de la domination ottomane à la domination britannique, à la domination jordanienne, à la domination jordanienne avec l'aide de l'UNRWA, qui énonçait en partie les droits de propriété dans la région. À ce moment-là, la population juive, qui vivait là-bas depuis des milliers d'années, avait complètement déménagé ou avait été expulsée, et une population palestinienne s'était installée ou avait été relocalisée dans le quartier.

En 1967, Jérusalem-Est - y compris Sheikh Jarrah - est passée sous contrôle israélien après la fin de la guerre des Six jours. Depuis lors, la communauté internationale a considéré la zone occupée par Israël, revendiquant l'autorité sur la région. En 1967 et 1981, Israël a offert aux résidents palestiniens de Jérusalem-Est le droit de demander la citoyenneté. Cependant, la majorité des gens ont refusé. Les résidents de Sheikh Jarrah paient des impôts israéliens, comme tous les résidents de Jérusalem-Est, et reçoivent des prestations de sécurité sociale et des soins de santé publics, entre autres. En 1980, Israël a annexé Jérusalem-Est, plaçant la zone sous la loi, la juridiction et l'administration de l'État.

Le débat juridique

Une loi israélienne de 1970 est au centre du débat juridique sur l'expulsion de près de 60 Palestiniens. La loi donne aux Israéliens juifs le droit de récupérer des propriétés à Jérusalem-Est qui appartenaient autrefois à des Juifs avant 1948, à condition qu'ils puissent montrer une preuve de propriété ou d'expulsion par les Britanniques ou les Jordaniens. Les Palestiniens qui ont perdu des terres n'ont pas le même droit légal de poursuivre pour les biens perdus après la guerre.

En 1972, le Comité de la communauté séfarade a d'abord intenté une action en justice pour la propriété d'une propriété dans le quartier et le tribunal a statué en leur faveur en 1976. Plus tard, en 1982, les résidents ont signé un accord juridique qui permettait aux Palestiniens de rester dans une propriété à Sheikh Jarrah aussi longtemps que leur statut a changé de propriétaire à locataire et qu'ils paieraient un loyer. Depuis lors, les signataires palestiniens affirment avoir été contraints de signer et ne plus reconnaître l'accord.

Sheikh Jarrah est devenu la vedette internationale dans les années 2000 lorsque les tribunaux israéliens ont ordonné l'expulsion de trois familles palestiniennes à la suite d'une série de poursuites judiciaires. Il n'y a eu aucune expulsion ordonnée par le tribunal depuis 2009, mais de nouvelles affaires ont fait leur chemin dans le système juridique, comme l'affaire actuelle qui a fait la une des journaux dans le monde entier.

Une Histoire de Tension Politique

L'UNRWA affirme que la majorité des Palestiniens menacés d'expulsion ont été transférés à Sheikh Jarrah dans le cadre d'un programme de logement parrainé en 1956. Un porte-parole du haut-commissaire de l'ONU a publié la déclaration suivante:

«Dans la pratique, la mise en œuvre de ces lois facilite le transfert par Israël de sa population à Jérusalem-Est occupée. Le transfert d’une partie de la population civile d’une puissance occupante dans le territoire qu’elle occupe est interdit par le droit international humanitaire et peut constituer un crime de guerre. »

Dans une déclaration télévisée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a répondu aux critiques:

«Jérusalem est la capitale d’Israël, et tout comme chaque nation construit dans sa capitale et construit sa capitale, nous avons également le droit de construire à Jérusalem et de construire Jérusalem. C’est ce que nous avons fait et c’est ce que nous continuerons de faire. »

Yonatan Yosef, membre du conseil municipal de Jérusalem, habitant de Sheikh Jarrah, a déclaré au Times of Israel:

«Pour moi, l'histoire commence il y a des milliers d'années, lorsque Shimon Hatzadik y a été enterré. Shimon Hatzadik était un quartier juif, est un quartier juif et restera juif.

L'Union européenne et les États-Unis ont également exprimé des inquiétudes quant à l'affaire et à la montée des tensions dans la région.